Depuis les années 1960, il est parfois reproché aux anciens élèves de l’ENA une pensée technocratique.
L’école fait ainsi l’objet de critiques de la part de certains de ses propres élèves, tel Jean-Pierre Chevènement, dans son livre L’Énarchie ou Les Mandarins de la société bourgeoise (publié sous le pseudonyme de Jacques Mandrin en 1967).

Un ancien élève, Olivier Saby, critique dans un livre le « vide abyssal de l’enseignement », le conservatisme des enseignants comme des élèves, et la frilosité et l’obsession du classement de sortie des élèves comme des anciens élèves

À l’issue du concours de recrutement 2015, les membres du jury ont également critiqué dans leur rapport l’« absence de sens critique », l’« incapacité à prendre de la hauteur », le « conformisme » des candidats au concours qui pêchent par excès de « pensées et de références stéréotypées » et l’« incapacité à prendre de la hauteur face aux questions impliquant une réflexion personnelle »

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter message.