Madame Buzyn ministre de la santé nous pipote sur le numerus clausus et perpétue le cercle vicieux du deficit des medecins

Dans un article accordé à SudOuest Agnès Buzyn signifié que l’augmentation du numerus clausus:
“n’est pas la réponse aux déserts médicaux”, qui sont dus à “un autre problème”, a déclaré vendredi la ministre de la Santé
Spécifiant “sur l’ouverture du numerus clausus a déjà été fait il y a une dizaine d’années”, Agnès Buzyn a souligné que “le nombre de médecins formés a doublé entre les années 90 et maintenant”. Il y aura “un nombre important de médecins à partir de 2025”, a-t-elle précisé.

“Par contre, il y a un enjeu qui est de mieux sélectionner nos médecins, de mieux les former. Ce travail sur la formation médicale et sur le concours d’entrée doit être fait” et fera l’objet d’annonces “dans l’année 2018”, a-t-elle indiqué. (Fin de citation.)

MAIS COMMENT PEUT ON AVANCER CELA?
En étant un minimum logique si les augmentations du numerus clausus avaient été suffisantes dans les années 90, on en serait pas à compter les déserts médicaux aujourd’hui.
De plus, cette affirmation qu’ “il y aurait un nombre trop important de médecin en 2025″ interdisant que l’on puisse augmenter le nombre des étudiants atteignant l’internat; ceci ne peut être validé sans un apport MASSIF d’étudiants ou d’entrants médicaux ayant cette valeurs à soigner, Or sans cet apport comment réduire le nombre de désert médicaux?

Si je prend le nombre du numerus clausus en 1971 qui étaient environ de 9000 entrants et ce qui fit l’équilibre des médecins dans les années 80 ,
on peut s’apercevoir qu’il n’a jamais plus été atteint ni dans les années 90 , ni 2000, ni 2010 et encore de nos jours (voir graphique)

Pour autant la population française a augmenté de 4 millions d’habitants depuis 1971 avec une population qui vieillie;
Soit près de 7,5% de population supplementaire pour un quota de médecin qui s’est effondré jusque dans les années 2000 et un numerus clausus qui était a moins de 4000 admis jusqu’au début des années 2000

Comment arriver à un point d’équilibre si on n’ajuste pas le nombre d’étudiants entrants à ce minimum jamais atteint depuis 1971?
Je veux bien une reforme avec des passerelles. Mais outre, l’usine à gaz il faudra voir  l’arrivée des médecins ou des soignants en puissance et non des incapables titrés castré par une administration tatillonne.

Il serait aussi intéressant de laisser a certains auxiliaires médicaux et paramédicaux les prérogatives que l’on a attribué uniquement aux médecin ou aux pharmaciens
Il y a pas plus de morts et la qualité des soins s’en trouvent bien améliorés. D’autres pays moins formés l’ont démontré.

Bref, je ne sais pas qui Madame Buzyn et son équipe de haut-fonctionnaires veulent protéger dans cette affaire , sans doute l’incapacité chronique des administratifs former et réformer les universités mais ce n’est pas en nous racontant des fariboles qu’on va avancer

Je vois que le besoin de DEGAGISME et de courage politique n’a pas encore atteint les plus hautes sphères administratives de L’Etat:
On continu à se la raconter comme si on était dans le meilleurs des mondes, ainsi les problèmes des citoyens sont des vues de l esprit très secondaires et peu valorisants

Attention, quand on tape sur la sécurité des gens, ils peuvent avoir un retour à la mesure de leurs peurs.

Franck Chauvet

http://www.sudouest.fr/…/agnes-buzyn-la-reforme-du-numerus-…

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter message.